Actualités et agenda
Ça s’est passé à l’Ordre
23.2.2011
La politique du logement a-t-elle les moyens de garantir notre cadre de vie ?

débat, mercredi 23 février 2011

Avec ce thème pour fil conducteur de son quatrième débat consacré au logement, l'Ordre d'Île-de-France abordait de front la mutation des politiques du logement et leurs difficultés criantes à répondre à la demande.
Dans la gravité de la crise actuelle, à quel échelon territorial prendre ce problème pour espérer agir sur lui, se demandait ainsi la région la plus touchée, et de loin, par cette crise ?
La liste des dysfonctionnements n'en finit pas :  faible intérêt des collectivités locales pour le logement (trop long à mettre en œuvre, électoralement peu efficace) et la densité (trop décriée), selon Jean-Claude Driant (Institut d'urbanisme de Paris) ; promotion par l'État du « Tous propriétaires! » et de la défiscalisation, malgré l'urgence de la demande locative et des politiques territoriales durables, selon Cristina Conrad (Corps des architectes-conseils de l'État) ; glissement d'un système public de financement par solidarité générale à un système privé qui organise ses propres péréquations (« un changement de paradigme »), selon Martine Liotard (IAU IdF) ; incapacité des politiques d'État à s'adapter aux spécificités locales, pour Claire Lanly (Expansiel - groupe Valophis).

Unanimement, les intervenants du débat ont dénoncé l'absence de gouvernance métropolitaine. Frédérique Monjanel (ING Real Estate Development) a désigné l'intercommunalité comme l'échelle appropriée pour imposer du logement en quantité et bloquer le prix du foncier « selon ce que les promoteurs appellent désormais les modèles nantais et lyonnais ». Martine Liotard, expliquant que la compétence communale sur le logement n'est pas le bon niveau d'action, a appelé de ses vœux la création d'un grand syndicat du logement, sur le modèle de celui de l'agglomération lyonnaise. Et Catherine Jacquot a conclu, dans une ligne de pensée voisine : « L'aménagement du territoire devrait être commandé par une politique de l'habitat et pas seulement la politique des transports. Il faut re-territorialiser l'habitat, en somme inverser les effets a-territoriaux des produits défiscalisés».

Mais ne faut-il pas d'abord réduire l'attrait du pavillonnaire péri-urbain ? Pour Frédérique Monjanel, la maison individuelle est imbattable en prix, car industrialisée. « Pour combattre sa domination, il faut construire le collectif moins cher, en rationalisant davantage, comme en Hollande », estime-t-elle. (Est-ce possible avec nos normes de surface minuscules? interroge Guilhem Roustan). Mieux vaudrait selon Cristina Conrad faire jouer les politiques incitatives comme dans d'autres pays d'Europe (incitation à construire groupé, à faire appel à un architecte, à se rapprocher des centres constitués, etc.). Patrick Céleste appelle à reconvertir en logements des bâtiments existants et Sabri Bendisérad - co-commissaire de l'exposition « Vu de l'intérieur »- à développer des formes d'habitats alternatives entre le collectif et l'individuel. Question soulevée par la difficulté de vendre de tels logements : quel facteur d'attractivité l'emporte pour leur préférer le lotissement classique : la proximité des services urbains, le prix, la latitude d'action des occupants sur leur espace de vie, ou l'équilibre entre tous ces points ? La question ne serait donc pas de construire, explique Jean-Claude Driant, mais de déterminer exactement où, quoi et à quel prix, pour satisfaire une demande et optimiser l'effet rebond sur d'autres.

Pascale Joffroy


Débat animé par Emmanuel Caille, rédacteur en chef de la revue d’a, avec Cristina Conrad, architecte et présidente du Corps des architectes-conseils de l’Etat, Jean-Claude Driant, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris et directeur du Lab’Urba, Claire Lanly, directrice générale d’Expansiel-Groupe Valophis, Marie-Noëlle Lienemann, présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d'H.L.M. (sous réserve), Frédérique Monjanel, architecte et directeur général d’ING Real Estate Development France, Martine Liotard, architecte au département Planification et Aménagement durable de l’IAU IdF, Monique Eleb et Sabri Bendimérad, commissaires de l’exposition.

Questions et informations : Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.

Lieu :Maison de l'architecture en Île-de-France - 148 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris

Retour